La Maison Passive

Le concept de maison passiveLa maison passive

D’origine allemande puis européenne, la notion de maison passive désigne un certain type de maison à très faible consommation énergétique, voire totalement compensée par des apports solaires ou internes (la chaleur produite par les appareils ou les occupants) …

Contrairement à une maison de construction conventionnelle, une maison passive offre toute l’année une température ambiante agréable sans l’application d’un système de chauffage ou refroidissement.

Une maison passive réduit d’environ 80% les dépenses d’énergie de chauffage par rapport à une maison neuve construite selon les normes allemandes d’isolation thermique de 1995, normes déjà très exigeantes.

Ainsi, la norme allemande « Passivhaus » est accordée à partir d’un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an, et un besoin de moins de 50 kWh/m²/an d’énergie finale incluant les 15 kWh/m²/an du chauffage, l’énergie nécessaire au chauffage de l’eau,  l’électricité consommée par la ventilation, la climatisation et l’électricité domestique. Un besoin calorifique aussi faible signifie qu’en pratique ces habitations n’utilisent un système de chauffage que quelques jours par an (et non pas qu’elles ont besoin d’une chaudière miniature). En comparaison, les logements des années 1960 et 1970 nécessitaient en moyenne, 320 kWh/m²/an.

Donc, même si ce type d’habitat coûte de 7 à 15 % de plus qu’une maison traditionnelle, les économies d’énergie qu’elle engendre peuvent amortir ce coût en une dizaine d’années.

Mais comment parvenir à une telle performance ?

Il suffit de prendre en compte les six principes suivants qui guideront la conception d’un habitat passif  et que nous appellerons les six piliers de la « maison passive ».

Premier pilier : L’isolation thermique

L’isolation maximale de toutes les surfaces opaques est le principe de base de la maison passive. Elle doit être hautement performante et appliquée sur toute l’enveloppe extérieure du bâtiment afin de réduire les pertes de chaleur. De plus, des « radiateurs » qui passent habituellement inaperçus tels que la chaleur humaine, les appareils électroménagers et l’éclairage, commencent à prendre toute leur importance dans la maison passive. Cette chaleur de fonctionnement est généralement négligeable dans les bâtiments qui ne sont que peu ou pas du tout isolés. Mais ici, elle n’est plus perdue, elle est valorisée.

Deuxième pilier : La suppression des ponts thermiques

A partir du moment où le bâtiment est très sérieusement isolé, les ponts thermiques, c’est-à-dire les endroits où la chaleur s’échappe plus vite qu’à d’autres, doivent être limités au maximum. Ceux-ci peuvent provenir, d’une part, d’une mauvaise conception des détails et, d’autre part, d’une exécution non appropriée sur chantier.
C’est pourquoi une « maison passive » doit être conçue et construite d’une manière méticuleuse. La suppression des ponts thermiques permet de diminuer les pertes de chaleur. Il faut donc limiter l’usage de matériaux favorisant cette perte en optant plutôt, par exemple, pour le bois. Le bois est six fois plus isolant que le béton, douze fois plus isolant que le béton et 450 fois plus isolant que l’acier. Construire sa maison en bois est donc une excellente idée !

Troisième pilier : Une excellente étanchéité à l’air

Une bonne étanchéité à l’air augmente le confort, diminue les pertes et évite tout problème de condensation dans la paroi, qui peut provoquer la ruine du bâtiment. La continuité de l’étanchéité à l’air doit être soigneusement étudiée dès le stade de la conception, en portant une attention particulière aux liaisons entre les éléments, aux encadrements de baies, aux pénétrations (conduits de cheminée, canalisations,..), aux qualités des isolants, etc. Pour vérifier la bonne étanchéité du bâtiment, on effectue après la construction un test d’infiltrométrie.

Quatrième pilier : Une ventilation double flux avec récupération de chaleur

Un système de ventilation à double flux avec récupération de chaleur installé dans la maison passive permet de gérer les flux d’air dans le bâtiment et de chauffer ou rafraichir l’air intérieur. Cependant, pour que le système marche convenablement, il est indispensable de laisser les fenêtres et portes fermées. Cela ne veut pas dire qu’il est interdit d’ouvrir les fenêtres, mais seulement que ce plaisir doit être bref. Enfin, les fenêtres à oscillo-battant qu’on peut entrouvrir sont à proscrire ici. Le comportement de l’occupant peut ainsi faire très largement baisser les performances de l’ensemble par une mauvaise utilisation.

Cinquième pilier : La captation optimale, mais passive de l’énergie solaire

Pour valoriser le potentiel fourni par le soleil en hiver, au printemps et en automne, il est nécessaire de capter sa chaleur, la stocker et la restituer. L’énergie solaire est captée par les parties vitrées de la maison. Ces vitrages isolants sont dimensionnés selon l’orientation du bâtiment : 40 à 60% de surface vitrée sur la façade sud, 10 à 15% au nord, et moins de 20% sur les façades est et ouest. L’énergie solaire, qui pénètre via les fenêtres, est stockée à l’intérieur par des matériaux à forte inertie. La chaleur accumulée dans le bâtiment doit être restituée dans la pièce par convection et rayonnement, avec un étalement dans le temps. Afin d’éviter l’inconfort occasionné par les surchauffes en été, l’ensoleillement direct des façades est à maîtriser grâce à des protections solaires constructives (auvent, pare-soleil, persienne,…) et à des vitrages avec un facteur solaire suffisamment faible pour limiter les apports énergétiques. Ces mesures constructives peuvent être complétées par des stores et une protection végétale.

Sixième pilier : Une limitation de la consommation énergétique des appareils ménagers

Pour ne pas dépenser inutilement ce qui a été gagné par ailleurs, le concept de maison passive fixe une valeur maximale de consommation énergétique globale en terme d’énergie primaire consommée qui nécessite généralement l’utilisation d’appareils faibles consommateurs d’énergie.
Cela permet à tout un chacun de réfléchir aux énormes déperditions d’énergie causées par l’utilisation des énergies fossiles.

*****

Vous souhaitez avoir plus d’informations ou contacter un spécialiste au sujet des solutions relatives au concept de maisons passives ?

Nous vous invitons à consulter le site www.confortbois.com.

Le site propose de nombreuses informations sur les solutions de construction de maisons en bois. Une carte interactive permet par ailleurs d’accéder aux coordonnées de spécialistes basés dans votre département ou votre région.

maison-passive

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maison passive dit :

    Merci pour cet article, il explique vraiment tout comme il faut !
    Cathy