Les bonnes raisons d’investir en loi Duflot à Rennes

La loi Duflot, contrairement au projet de loi ALUR, a réussi à créer l’unanimité chez les investisseurs et les professionnels du secteur immobilier. Malgré tout, ce dispositif fiscal peine encore à se populariser en raison de sa complexité. Quel est l’intérêt d’un investissement en loi Duflot à Rennes ? Réponse dans cet article.

Investir en loi Duflot

Cécile Duflot, actuelle ministre du Logement, espère créer 40 000 logements sociaux par an grâce à son dispositif fiscal mis en application depuis le premier janvier dernier. De l’aveu de nombreux observateurs, l’objectif paraissait jusqu’à présent très optimiste. Il faut dire que le dispositif a connu des débuts très difficiles, notamment à cause de la complexité du texte de loi et des exigences à remplir : plafonds de loyers, ressources de locataires, etc.

Mais la ministre est restée confiante et a maintenu le cap. Depuis peu, les indicateurs paraissent lui donner raison. Des villes comme Toulouse ou Bordeaux témoignent d’un regain des achats locatifs dans l’immobilier neuf grâce à l’arrivée des particuliers investisseurs.

Ceux-ci misent sur les quartiers en devenir afin de doper la rentabilité de leurs projets immobiliers. Ils achètent ainsi à bon prix des biens qui prendront de la valeur une fois les grands projets terminés, gagnant ainsi sur tous les tableaux. Ils défiscalisent jusqu’à 18% du montant du bien acquis en loi Duflot et, une fois les neuf années de location terminées, réaliseront une plus-value sur la revente.

Bref, le potentiel est là, il suffit de miser sur la bonne ville. Avec son attractivité et son dynamisme, Rennes réussit à tirer son épingle du jeu.

Rennes : une métropole attractive

C’est un fait, la “capitale” bretonne attire. Avec 207 178 habitants intra-muros et 671 845 au niveau de l’aire urbaine, elle constitue la onzième ville la plus peuplée de France. Son bassin d’emploi est l’un des plus dynamiques de France, le taux de chômage (8%) restant largement inférieur à la moyenne française.

Qualifiée “Ville la plus agréable à vivre de France” d’après l’hebdomadaire L’Express, Rennes se permet même le luxe d’occuper la deuxième place (derrière Toulouse) de l’ensemble des classements publiés par la presse spécialisée. Nul doute que les grands projets urbains telle que la deuxième ligne de métro (prévue pour 2018) jouent un rôle moteur dans ce dynamisme.

Un marché immobilier favorable

Le marché de l’immobilier rennais profite indéniablement de l’attractivité générale de la ville. Mais si la ville constitue un terreau fertile pour tous les projets immobiliers, il convient néanmoins d’investir dans les bons quartiers.

Le centre-ville, avec ses nombreux projets urbains en cours, constitue à ce propos une valeur sûre. L’investisseur en loi Duflot devra faire preuve de patience (peu de logements neuf dans ce secteur) et concevoir son projet immobilier sur le long terme. Les prix ont en effet tendance à ce maintenir, et ce en dépit du faible volume des transactions.

L’autre possibilité est d’investir dans les quartiers résidentiels tels que les quartiers nord et ouest. Ces derniers sont majoritairement composés de jeunes actifs et de résidences modernes et agréables. Les prix gravitent entre 2 600€ et 3 000€ en moyenne, ce qui reste largement plus abordable qu’en centre-ville.

Vous aimerez aussi...