Prêts relais : 30 000 Français dans l’impasse ?

Un prêt-relais qui arrive à son terme … et toujours pas un acheteur en vue.

Selon l’Afub (Association française des usagers des banques), 30.000 ménages français ayant contracté des prêts-relais ou des prêts à taux variables pourraient avoir des difficultés pour faire face à leur dette dans les mois qui viennent.

Serge Maitre, le secrétaire général de l’AFUB, précise que ce chiffre est une « extrapolation » pour toute la France à partir du nombre de dossiers que l’AFUB a reçu concernant les prêts-relais qui arrivent ou vont arriver à expiration (2.000 au moment de la publication des chiffres fin septembre 2008) .

La situation est-elle réellement critique pour ces ménages ?

Oui, la situation est critique pour de nombreux ménages !

Soyons clairs :

  • De nombreux particuliers sont obligés de baisser le prix de leur bien

La priorité pour les personnes ayant un prêt relais en cours reste de vendre leur bien rapidement. En effet, il n’est jamais bon de payer un crédit-relais trop longtemps au risque d’être au pied du mur quand le prêt arrive à échéance. Mais difficile de vendre en ce moment, même avec une diminution importante du prix de vente. Et ce manque à gagner devra dans tous les cas être compensé lors du remboursement du crédit. Avec au final une baisse du pouvoir d’achat et un effet de paupérisation pour ces personnes.

  • De nombreux particuliers n’arrivent pas à vendre leur bien immobilier

Comment un ménage peut-il s’en sortir financièrement dans cette situation ? Comment rembourser, à la date « t », le montant demandé par la banque si le bien n’a pas été vendu ? Comment rembourser 200 000 euros par exemple, sans avoir vendu un bien que l’on comptait vendre à cette somme ? Où / comment trouver une pareille somme ? Les personnes / familles (sic) dans cette situation peuvent tout à fait voir leur biens saisis par leur prestataire bancaire !

On comprend mieux dans ces conditions que ces questions peuvent représenter des préoccupations importantes à court terme.

Discussion

Certes, le retournement du marché immobilier était à prévoir.

Mais le choc financier international était pour sa part difficilement prévisible. Et ce choc exogène a sans doute eu un effet accélérateur.

Force est donc de constater qu’il y a aujourd’hui une réelle urgence pour certains foyers qui se trouvent, ad hoc, dans une situation très délicate. Le président du Mouvement pour la France Philippe de Villiers a, comme l’AFUP, demandé à Nicolas Sarkozy de « décréter un moratoire sur les prêts-relais » afin de « ralentir une propagation de la crise à notre pays ».

Et les analystes, acteurs du milieu immobilier, financier, économique, associatif et même politique n’ont pas tort de souligner les conséquences parfois brutales du retournement du marché immobilier pour de nombreuses personnes / familles.

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Marc dit :

    Article très clair, avec un point de vue que je partage. Bravo et bonne continuation à l’équipe de votre magazine immo.

  2. Mag Immo dit :

    Merci.
    Petites précisions pratiques :
    – Dans un premier temps essayer de négocier avec la banque pour gagner du temps sur le prêt relais. S’ils ne veulent pas du tout négocier, essayer de voir une autre banque pour racheter le prêt.
    – La solution de créer une SCI est couteuse (frais de création de la société, de notaire pour le rachat…) et les banques, qui évaluent chaque dossier, n’accordent pas forcément de prêts à des particuliers déjà endettés.
    – La dernière solution, qui semble la plus intéressante, serait de mandater un avocat pour qu’il dépose un recours en justice. A ce moment là les prêts sont suspendus. Apparemment vu le contexte actuel, cela fonctionne dans 85% des cas.

  3. JEAN dit :

    Je recherche un appartement en IDF. Si vous en avez un bien à vendre (2 ou 3 pièces) dans le cadre d’un prêt relais, merci me contacter au 06 96 37 88 45.

  4. garrido dit :

    nous sommes en fin de pret relais et nous n’avons toujours pas vendu on nous accorde 6 mois ,mais nous pensons deposer un recours au tribunal d’instance ,nous ne savons pas comment proceder,si quelqu’un peut nous aider
    merci d’avance

  5. Mag Immo dit :

    Bonjour,

    Avez vous consulté l’article suivant ? : Prêt relais : quels recours en cas de difficulté ?

    Avez vous fait des démarches auprès d’autres établissements bancaires ? (en passant par exemple par des prestataires dans le domaine de rachat de crédits / voir cet article : Rachat de crédit, les différentes offres)

    Eventuellement essayé de baisser le prix de votre bien de manière significative ? (certes cela ne sera pas une bonne opération pour vous mais cela vaut peut être mieux que le fait de passer en commission de surendettement)

  6. boussemart jacques dit :

    Victime d’un prêt relais obtenu en août 2008, grâce à l’afub j’ai obtenu un sursi d’un an sans production d’intérêt.Malgrès ce délai et une baisse importante de mon bien 145 000€ au lieu de 200/220 000€, j’ai du mettre en vente avec une grosse perte 65 000€ la maison acquise avec le crédit relais. A mon insue, malgrès les accords gouvernementaux, le crédit foncier de France a procédé à mon inscription au FICP en novembre 2011. Le 06 février 2012 , par huissier il m’est notifié une installation d’une hypothèque judiciaire sur la première maison. Le lendemain, un couple désire acquérir ma nouvelle maison. Le notaire en congès, le compromis de vente est signé le 17 février 2012. Entre temps, j’en informe la justice qui me donne un délai supplémentaire pour faire oppositionà l’installation de l’hypothèque judiciaire. Ce qui me permet d’envoyer une copie du compromis de vente au CFF et au juge. Présence obligatoire d’un avocat Gagnant bien ma vie mais n’ayant plus de moyen financier, je pense qu’il n’y aura pas de suite. ERREUR frais de justice en plus. Ayant obtenu un deuxième prêt foncier liberté que je payais régulièrement sans retard dans les échéances, le Crédit foncier me fait savoir que le produit de la vente allait dans un premier temps au remboursement total du prêt foncier liberté (travaux) et que le solde allait ensuite réduire le prêt relais. Donc dans l’intention de saisir la deuxième maison. Ne pouvant emprunter à cause de mon inscription au FICP levée le 19 mars 2012, avec difficulté j’obtient un prêt par l’intermédiaire d’un courtier (frais + 8000 €)le crédit foncier est entièrement remboursé le 04 avril 2012. Surprise….le 18 avril 2012 le crédit foncier procède à une nouvelle inscription au ficp alors que je ne lui devais plus rien…….

  7. boussemart jacques dit :

    Préjudice : le solde du prêt foncier liberté était de 78 000€ en avril 2012 je me retrouve avec une dette de 110 000€qui impute ainsi ma retraite d’un tiers pendant 20 ans.