Tunisie : nouvelle génération des lotissements industriels

L’aménagement de zones industrielles sur le territoire tunisien, équipées de commodités nécessaires à l’implantation des projets industriels, ne cesse de faire l’objet depuis quelques temps d’un suivi constant et d’une action soutenue. La Tunisie offre de multiples avantages encourageant l’investissement et renforçant davantage le tissu industriel par la création de nouvelles zones industrielles, un avantage compétitif pour  une meilleure dynamique économique.

L’aménagement de zones industrielles,  sur différentes zones du territoire national, équipées de commodités nécessaires à l’implantation des projets industriels, ne cesse de faire l’objet depuis quelques temps d’un suivi constant et d’une action soutenue.

A la vitesse supérieure … L’objectif est d’atteindre 6000 ha

35 nouvelles zones industrielles réparties sur toute la Tunisie sont au programme du 11ème plan de développement.

Elles s’étendent sur une superficie globale de 677 ha et sont de nature à répondre à la demande croissante des opérateurs économiques : tunisiens et étrangers.

Ces zones sont réparties sur toute la Tunisie, avec en prime, un renforcement des zones médianes et intérieures du pays.

Ces deux dernières sont au nombre de 22. Elles s’étendent sur une superficie de 234 ha.

Pour l’axe littoral, ce dernier sera doté de neuf nouvelles zones, sur une superficie de 290 ha.

Quant au grand Tunis, il sera enrichi de quatre nouvelles autres zones sur une superficie de 153 ha.

Depuis début 2008, un plan a été arrêté qui implique davantage le secteur privé dans l’aménagement des nouvelles zones, puisque le nombre des zones industrielles opérationnelles ne satisfait plus la demande, il était  aux environ de 121.

La contribution du secteur privé à l’aménagement de ces zones doit atteindre les 50% en plus de la prise en charge de l’état du coût des réseaux extérieurs conformément aux dispositions de la loi sur l’initiative.

Autres mesures non moins importantes, le parachèvement de l’identification des réserves foncières pour atteindre les 6000 hectares répartis entre tous les gouvernorats et l’adoption de mesures à même de réduire les délais de réalisation des zones industrielles, la création de six station d’assainissement industriel dans une première étape, et l’élaboration d’un programme pour l’équipement des zones industrielles en réseaux de communication modernes.

L’année 2009, verra par ailleurs le démarrage des travaux d’aménagement de 21 zones industrielles parmi les 35 programmées dans le cadre du 11ème plan. L’objectif est d’atteindre les 6000 ha escomptés.

Public et privé, main dans la main

Différents avantages sont mis à la disposition des secteurs publics et privés pour qu’ils investissent dans l’aménagement de zones industrielles.

Lorsque qu’un industriel intervient dans une zone démunie, celui-ci aspire à avoir une prime d’investissement.

Cette prime était destinée exclusivement aux industriels, ou aux promoteurs du projet industriel.

Dans le cadre de la loi de finance 2009, le législateur a prévu que l’activité de  promotion immobilière pourra s’étendre pour promouvoir l’activité industrielle.

Cette loi de finances prévoit une prime d’investissement qui sera donc partagée entre le promoteur immobilier et le promoteur du projet industriel.

Ceci dit,  l’agence foncière industrielle aura à aménager 394 ha alors que le secteur privé se chargera d’aménager 277ha, en zones industrielles, en plus d’une centaine de hectares en deux technopoles.

D’autres mesures sont prévues pour inciter les privés à s’engager sur cette voie à commencer par l’extension des attributions du code d’incitation aux investissements aux sociétés foncières industrielles et au domaine du développement régional.

Il a été également décidé d’étendre la liste des acteurs économiques susceptibles d’acquérir des terrains à usage industriel auprès de l’agence foncière de l’industrie.

Une agence pourrait ainsi vendre aux sociétés foncières immobilières, en vue de la construction de bâtiments industriels.

A ces nouveautés s’ajoute la création d’une nouvelle société foncière industrielle en vue de réussir à répondre à la demande dans ce domaine d’activité.

Sur un autre plan, l’AFI soutiendra les groupements de gestion et de maintenance, chargés de la gestion des zones industrielles. Elle mettra au profit de ces groupements,  des terrains à titre gratuit, destinés à la construction des espaces de vie, au sein des nouvelles zones industrielles.

La BTK s’investit !

La banque Tuniso-koweitienne vient de créer une société indépendante spécialisée dans l’aménagement des zones industrielles et ce en application des dispositions des lois de finances portant encouragement des promoteurs immobiliers des zones industrielles.

Baptisée la Méditerranéenne d’Aménagement Industriel (la MEDAI), cette nouvelle filiale de la BTK est dotée d’un capital de 1.000.000 dinars.

La zone industrielle privée sera conçue selon les normes de la nouvelle génération des zones industrielles.

En contre partie, ces entreprises bénéficieront de plusieurs primes.

Enfidha … futur immobilier …

La nouvelle zone industrielle Enfidha se trouve à 100 km de la capitale de Tunis. Elle a été édifiée sur un terrain de plus de deux millions de mètres carrés.

Cet emplacement stratégique est mis à la disposition des entreprises qui veulent investir et créer leurs propres filiales de production, elles bénéficieront ainsi de plusieurs avantages économiques et fiscaux que le pays leur offre. Les terrains sont urbanisés, disponibles pour la vente et les premiers bâtiments sont déjà construis.

L’aire est à considérer à haute valeur logistique, dans la mesure où elle est située au milieu d’un territoire en pleine expansion, où sont prévues d’importantes infrastructures, à savoir l’aéroport, le port d’eaux profondes, et les centres touristiques qui seront aménagés dans cette zone.

Le parc d’El Fejja la Manouba

Cette zone est située à l’ouest de Tunis ville. Il s’agit d’une agglomération en pleine expansion, limitrophe de la future ville d’El-Fejja.

Il s’agit d’un nouveau parc de 216 hectares, bénéficiant des services de haute qualité et dont 50 hectares sont dédiés aux activités de finissage textile.

Tout en sachant que l’activité finissage est porteuse et qu’il y a un réel intérêt de disposer d’une source d’approvisionnement pour les entreprises du secteur de l’habillement, il a été décidé de créer ce pôle afin d’améliorer la compétitivité du secteur Textile et Habillement et de favoriser le passage de la sous-traitance à la co-traitance au produit fini.

Le parc d’activité est également doté de plusieurs services à valeur ajoutée, en l’occurrence d’un business center et d’une station d’épuration collective.

Gafsa : lancement du projet d’un pole de développement

Le projet de pôle de développement de la région de Gafsa a été lancé pour aménager et réhabiliter plusieurs zones industrielles pour un coût global de 16 millions de dinars.

Il s’agit ici du ré-aménagement de plusieurs constructions industrielles par une société créée pour prendre en charge l’exécution et la gestion du projet de pôle de développement.

Ce projet englobe quatre complexes industriels et technologiques dans les délégations du bassin minier : Redayef, Metlaoui, Mdhila et Moulares.

Chacun de ces complexes abrite un espace administratif et de services, des centres d’appels et de travail à distance, des constructions industrielles, un village des métiers et services et une zone industrielle.

Ce pôle de développement va contribuer au renforcement des potentialités de la région à travers la valorisation de ses ressources en substances utiles, l’exploitation des énergies renouvelables ainsi que la promotion des industries agroalimentaires.

M.C.M de www.bourseimmo.com.tn

immo

http://www.bourseimmo.com.tn

Vous aimerez aussi...