Pour protéger l’emprunteur contre d’éventuelles dérives, la Banque de France a fixé un taux d’usure. Mais face à la hausse des taux d’emprunt, celui-ci empêche aujourd’hui de nombreux emprunteurs de financer leur achat.

Qu’est ce que le taux d’usure ? Et existe t-il des solutions pour le contourner ?

En guise d’introduction

Le taux d’usure correspond au taux maximum que les organismes prêteurs peuvent proposer dans une offre de crédit.

Il englobe les différents coûts liés au crédit, c’est à dire : le taux d’intérêt, l’assurance emprunteur, les frais de garantie (caution, hypothèque), ainsi que les frais de dossier.

Concrètement, si les informations fournies par l’emprunteur conduisent à générer un taux supérieur à ce plafond, la banque est dans l’obligation de refuser la demande de crédit.

Le taux d’usure est réévalué par la Banque de France chaque trimestre. Ce recalcul prend en compte les taux effectifs moyens pratiqués par l’ensemble des banques. La Banque de France augmente ensuite cette moyenne d’un tiers.

Discussion

Le taux d’usure a pour objectif de protéger les emprunteurs contre d’éventuels taux excessifs.

Toutefois, de nombreux professionnels estiment que les dernières réévaluations dont à fait l’objet le taux d’usure sont insuffisantes pour compenser la rapide remontée des taux de crédit. Cette différence serait en partie responsable du rejet de dossiers théoriquement solvables.

Comment contourner le taux d’usure ?

Même dans le contexte actuel, certains leviers permettent néanmoins de contourner le taux d’usure.

Premier levier, l’assurance de prêt, qui constitue le deuxième poste de dépense d’un emprunteur, juste après les intérêts.

Pour faire baisser son coût et passer sous le radar du taux d’usure, il est conseiller de souscrire votre assurance de prêt auprès d’un autre établissement que votre banque prêteuse. Vous pouvez également jouer sur la ‘quotité’ des emprunteurs. Si vous empruntez à deux, cela revient à couvrir chaque emprunteur à seulement 50%.

Pour rentrer dans les clous du taux d’usure, vous pouvez aussi négocier vos frais de dossier.

Si vous avez des économies, il peut aussi être intéressant d’en utiliser une partie pour augmenter votre apport personnel, diminuer le capital emprunté et maîtriser votre taux d’usure.

Une autre possibilité est d’accepter de réduire la durée de votre prêt afin de baisser votre taux d’emprunt. Cela a toutefois pour conséquence d’augmenter vos mensualités. Cette solution est donc seulement possible / applicable si elle n’engendre pas le dépassement du taux d’endettement maximum, fixé à 35%.

Enfin, vous pouvez opter pour un crédit à taux variables. Vous profiterez ainsi d’un prix plus bas en début de prêt. Le risque est de voir votre taux augmenter en cours d’emprunt, mais selon certaines limites à définir lors du choix du crédit.

Par Mag Immo